Présentation

Dans le cadre de ses axes de recherche, l’équipe interne SEA du laboratoire LISAA a décidé de s’investir pleinement dans les recherches sur la ville durable qui font le cœur de la nouvelle Université Gustave Eiffel et de l’I-SITE. C’est la raison pour laquelle, les EC anglicistes et américanistes du LISAA se sont dotés pour le quinquennal 2020-2025 d’une thématique supplémentaire, intitulée « ville et représentation », transversale aux trois axes structurants du groupe.

La première démarche des EC de SEA a été l’établissement d’une bibliographie évolutive. Chaque année du quinquennal, les membres de SEA viendront compléter cette bibliographie des études urbaines du monde anglophone constituée pour la première fois en novembre 2019 avec 447 entrées. Cette bibliographie sera publiée comme des hors-séries de la collection «Mémoire et Territoire» publiée sous la direction de Marie Françoise Alamichel.

En 2020, cette bibliographie a été enrichie de la liste des travaux et animations scientifiques portant sur la thématique de la ville réalisées par les membres de SEA. Ainsi, l’équipe souligne ses propres apports, ses contributions à la réflexion sur la réalité urbaine par rapport aux recherches déjà existantes ou en cours. 

L’équipe cherche avant tout à déposer et diffuser cette bibliographie mais aussi à faire connaître ses activités et sa contribution aux études urbaines par le biais de comptes rendus de ses séminaires et conférences, d’où cette demande d’un carnet de recherche sur Hypothèses. 


Contexte

Dans le cadre du projet scientifique de l’Initiative FUTURE centré sur la «ville de demain», les EC anglicistes et américanistes du LISAA se dotent d’une thématique, intitulée «ville et représentation», transversale aux trois axes structurants du groupe SEA. La nécessité de cette thématique naît d’un constat quadruple: 

  1. Transdisciplinaire par nature, la ville est – et doit être – le point d’articulation et d’intersection de champs de recherche différents. 
  2. La ville ne peut s’inventer dans une pure technicité ou prétendue objectivité scientifique, sans le concours des sciences humaines.  
  3. La ville de demain ne peut s’inventer sans mémoire de celle d’hier et l’analyse de celle d’aujourd’hui. 
  4. La ville est une fiction aux sens étymologique et courant du terme: inventer la ville, c’est la «façonner», la chercher et la «trouver par l’imagination».

Être et tenir lieu: la ville comme représentation

La ville comme représentation invite à penser la réalité urbaine en termes dynamiques, c’est-à-dire à la fois comme phénomène à posteriori (l’existence de la ville est déterminée par des représentations d’ordres divers) et comme un phénomène générateur de représentations (la ville n’est pas seulement tributaire de représentations passées, elle les actualise, les invente et les prescrit). Par représentation, on entend le fait de « rendre sensible au moyen d’une image, d’une figure, d’un signe » et l’équipe SEA cherche de quoi la ville est l’image, le signe, ce qu’elle figure en termes socio-culturels, économiques et politiques. Si représenter c’est rendre sensible, la question de la matérialité de la ville dans sa relation aux corps (individuels et collectifs) constitue une des pistes de réflexion du groupe. Représenter, c’est aussi «montrer, présenter aux yeux de tous son état, sa condition sociale»: dans sa diversité, la ville est un tissu de représentations sociales, économiques et politiques, la manifestation des statuts des individus et des groupes et ainsi celle d’un ordre et d’une hiérarchie. Si l’on dit par ailleurs que représenter c’est «tenir lieu d’un autre élément» ou «remplacer quelqu’un, agir à sa place», alors on voit que la ville pose la question de la représentation politique du peuple par les élus. La problématique de la démocratie et du régime politique ne peut pas être pensée en dehors de la relation du phénomène urbain à l’État-nation: «le fait de représenter (le peuple, la nation) dans l’exercice du pouvoir» peut-il être la seule prérogative des villes? De cette question découle la nécessité de penser la ville dans sa relation à sa périphérie et au monde rural. La croissance exponentielle des villes modernes pose la question des systèmes de représentation politique et du lien entre l’individu et le corps politique. Enfin, SEA s’intéresse également à la ville-représentation au sens théâtral du terme: la ville comme scène privilégiée de la société médiatique. Spectacle permanent, la ville hyper-media multiplie ses stratégies d’affichages qu’il s’agit de lire et déchiffrer.


Ce que la ville veut dire: pour une poétique politique

Nous entendons la ville-représentation comme un langage dont il s’agit d’étudier la grammaire et la syntaxe, et les différentes rhétoriques qui la prennent comme objet et enjeu.  Si la représentation est le « processus par lequel l’art renvoie à une réalité extérieure absente», si la ville fait jouer les principes de «mimesis, d’imitation et de figuration», nous sommes alors invités à nous demander ce que la ville veut dire. Cette question mène à la nécessaire invention d’une poétique politique, au sens étymologique de ces deux termes: du grec poien, «faire», «créer», «fabriquer» et polis «cité-État». Inventer la ville de demain, c’est donc en trouver et travailler les formes, pas uniquement littéraires ou verbales, techniques ou scientifiques, mais tout cela à la fois.

Un carnet de recherche de l'équipe SEA

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search